RUE DE BABYLONE de Jean-Marie Besset

mise en scène de Jacques Lassalle avec Samuel Labarthe - création en septembre 2004 au Petit Montparnasse

Dans le hall d’un immeuble cossu de la rue de Babylone, deux hommes jeunes encore se rencontrent, contre toute attente, au plus profond de la nuit de Noël. L’un, G, est patron de presse. L’autre, H, est SDF. L’un a tout, femme, enfants, situation, argent, respectabilité. L’autre n’a même plus le sac de couchage, le duvet qu’un autre sans lieu vient de lui voler. Tout sépare, tout oppose H et G, dans le combat à huit clos qui progressivement s’engage et dont l’enjeu apparent se déplace round après round.

LA PRESSE

Fabienne Pascaud

Robert Plagnol est étrangement séduisant et pathétique.

Michel Cournot

Robert Plagnol est d’un art très tenu, intérieur, clair, attachant.

Armelle Héliot

Robert Plagnol, acteur solaire au naturel compose ici la nuit, un être de nuit. C’est formidable. Sans esbroufe.

Bernard Thomas

Robert Plagnol s’interpose et s’impose, mielleux, humble, geignard tout d’abord. 

Annie Chénieux

Le jeu tout en intensité de Robert Plagnol ajoute encore à la puissance nerveuse du duel.

Gilles Costaz

Robert Plagnol est d’une magnifique rébellion.

Alexis Liebaert

Robert Plagnol est plus vrai que nature dans son rôle de clochard pas céleste du tout.

Please reload

En voir plus

INTERVIEW

© 2019  Robert Plagnol